2014年12月18日木曜日

「〈百年の愚行〉は、まさしく百年前、1914年頃に始まった。...」『続・百年の愚行』、小崎哲哉(編著)




ベルナール・スティグレール(石田英敬 訳)

 〈百年の愚行〉は、まさしく百年前、1914年頃に始まった。

 ヨーロッパでは第一次世界大戦が、一千万の兵士を殺戮した。ポール・ヴァレリーやエドムント・フッサールが強調したように、この世界戦争は科学を死の役に立てる産業戦でもあった。ベルギー及びフランスの一部は破壊され、ドイツではナチズム、イタリアではファシズム、ロシアではスターリニズムの起源となるような歴史的な動きを引き起こした。

 アメリカでは、労働の科学的な組織化が実行され、生産者のプロレタリア化を極限にまで推し進めた。20世紀初頭には長編映画が生まれ、第一次世界大戦前に開発されたラジオが1920年から放送を開始し、その後はテレビ放送が始まる。こうした文化産業の発達が消費者のプロレタリア化を推し進める。商品開発のリサーチ・オフィスが生産者から〈作る知(すべ)〉を奪うのと並行して、マーケティング・オフィスは消費者たちに〈生きる知(すべ)〉を指図するようになり、消費者は広告の指示する消費行動を模倣するようになる。いる。アドルノとホルクハイマーの『啓蒙の弁証法』は、そこに近代的「合理化」の本質を見いだすことになるだろう。近代の「啓蒙(Aufklärung)」が生み出した〈理性〉は、もはや大量生産される〈愚かさ〉へと変質したのである。

 21世紀初頭の現在では、暗雲が嵐を告げるがごとく、さらなるアポカリプス(黙示録)が告知されているかのようだ。プロレタリア化はさらに徹底されて、破滅的な段階に達している。それこそ、トマ・ベルンとアントワネット・ルーヴロワが「アルゴリズム的統治性」と呼ぶ、「ビッグ・データ」による統治として具体化したものである。それはまた、ジョナサン・クレーリーが描き出す、週七日二四時間私たちをコンピュータネットワークに繋ぎっぱなしの状態にしておく、ネットワーク状かつ純粋計算論的な資本主義として繰り広げられる統治である。
 その結果、私たちは眠りを妨げられる。夢見ることもできず、遂には思考することさえ妨げられる。この資本主義の原理は、マッツ・アルヴェソンとアンドレ・スパイサーが「機能性愚鈍(functional stupidity)」という言葉で描き出したものだ。ロンドンの金融街、また、おそらく日本の東電の中枢部に働いているのは、このような機能性愚鈍の原理である。

 『Wired』誌編集長クリス・アンダーソンは2008年に挑発的なタイトルの記事を発表した。「理論の終わり:データの洪水は科学的方法を過去のものとする。」だ。グーグルが確率論的数学を世界中のあらゆる言語表現に適用するさまを分析してみれば、アルゴリズムが言語を活用するためには、言語学者も言語理論ももはや要らないことが分かると主張するのである。彼が導き出した結論とは、デジタルなアルゴリズム計算が、科学的実験や科学的仮説、定理、モデルに取って代わり、科学を終わらせることになるだろうというものだった。しかし、フレデリック・カプランが指摘したように、彼が忘れていたのは、そのような言語の活用の仕方が行き着くのは言語自体の破壊であって、言語のエントロピーが増大してしまうだけだという事実である。

 2008年10月23日、ワシントンではアメリカ下院議会が、米FRB(連邦準備制度理事会)議長アラン・グリーンスパンに対し、FRBのいい加減な運営が導いた金融破局について説明を求めた。このとき、ノーベル賞受賞者を含む多数の経済学者たちが推奨した市場の自動化こそ、金融工学の粋を集めて作り上げたシステムにおける、完璧なる〈知性の不在〉の原因だったのだと彼は述べた。これこそ、「機能性愚鈍」が、グリーンスパンその人にまで及び、すでに1848年にマルクスとエンゲルスがすべての給与生活者がやがてはそうなると予言したように、FRB議長までもがプロレタリア化したことを示しているのである。

 以上の二つの事例は、いかなる意味で、アルゴリズム的統治性が不可避的に精神のプロレタリア化を生みだし、あらゆる知、それが、〈作る知(すべ)〉であれ、〈生きる知(すべ)〉であれ、〈思考する知(すべ)〉であれ、あらゆる知を破壊するものであるかを示している。

 では、世界はこの百年の愚行を、無限にとは言わずとも、世界の自己破壊にいたるまで継続するよう宿命づけられているというのか。別の未来はありうるのだろうか。惑星規模のデジタルなネットワーク化が辿り着いた統合的で全体化した自動化のプロセスにおいて、今後、新たな出発はありうるのだろうか。
(以下は、本書をお読みください。)

2014年12月5日金曜日

Hidetaka Ishida “Grammatisation technologique et appareil psychique: l’iPad, le Wunderblock, la Hybrid Reading”, ENMI 2014, 5 Decembre 2014, Centre Pompidou, Paris France

Grammatisation technologique et Appareil psychique 

Le iPad , le Wunderblock et la Hybrid reading

Par Hidetaka Ishida

C’est un grand plaisir que d’être ici de nouveau parmi vous pour nous réunir à la huitième édition du congrès annuel d’ ENMI : j’y ai participé par le passé deux fois, c’est toujours agréable de voir que les idées nouvelles et innovantes s’échangent et que les convergences se dessinent et que les projets se forment. Je suis vraiment heureux d’être ici de nouveau .

Ce matin, j’ai un petit problème de rhume et je ne suis pas sûr de pouvoir articuler bien les paroles, j’ai un peu perdu de ma voix et je vous prie de m’excuser si je ne me fais pas bien entendre. Mon débit de parole risque d’être un peu lent.

Ce matin, mon propos tournera autour des trois axes : la question de l’interface numérique que forment les réseaux d’ordinateurs portatifs du type iPad ; la question de l’appareillage psychique dans leur rôle de modélisation -- ou de grammatisation -- de la psychée humaine ; et la question de lecture aujourd’hui de plus en plus biface, que j’appelle lecture hybride à la fois du livre physique et du livre numérique. Si les réseaux de terminaux numériques grammatise de plus en plus l’ensemble d’âmes humaines et que la psyché s’interroge dans cet appareillage technologique, cette problématique d’interface numérique en réseaux pénètre aujourd’hui dans le cœur même de la question du livre, livre comme élément par excellence de la vérite, c’est par là que je voudrais rejoindre le thème commun de cette année « la ‘ vérité’ du numérique ».

Mon topos prolonge sur son versant théorique mon travail sur la pensée critique du vingtième siècle, pensée des média ; comment relire Saussure,  Freud,  Huserl, etc. grands ingénieurs de la pensée humaine ; tandis que  le versant pratique reflète mon projet de bibliothèque, comment réaliser une hybrid library du 21 ème siècle à l’université.

Que le livre se numérise, signifie beaucoup plus que n’importe quelle numérisation des outils analogiques ; la numérisation du livre est tout autre chose que le traitement de texte sur la base du Natural language processing. Elle touche le cœur même de la question de vérité. Nous le savions bien sûr depuis longtemps, mais je ne suis pas sûr qu’on en ait tiré toutes les conséquences.


Comme le temps est limité, voici l’itinéraire que je vous propose. Pour soulever la question de l’appareillage psychique, je vais reprendre la question de  l’appareil psychique freudien à travers la lecture de sa fameuse note sur le Wunderblock. Cette lecture je l’ai déjà présentée virtuellement par skype – par téléprésence --  cet été à l’Académie d’été de l’Ecole d’été d’Epineuil : je la reprends en augmentant de ma présence « réelle » ici c’est mieux je pense.
Ensuite, je vais entrer dans le problème de la numérisation du livre et de la lecture hybride. Cela pour souligner l’importance de la formation d’un nouveau milieu de écriture-lecture , que j’appelle « Augmented Reading », milieu requis  pour ne pas simplement abandonner les livres à l’augmentation entropique d’information pour employer le terme de Bernard.

Je projette les citations pour ne pas les lire intégralement pour que vous puissiez les situer dans le contexte.



1  Retour à Freud

   De nos jours, nous nous servons de plus en plus d’ordinateur de type tablette comme le macintosh i-Pad, qui présente une étrange similitude avec l’outil d’écriture décrit par Sigmund Freud dans son fameux petit texte de 1925  « Note sur le ‘ Bloc magique’ »( « Notiz über den ‘Wunderblock’ ») : le nom en anglais du Wunderblock est le « magic pad ». Ce parallèle entre l’i Pad et le magic Pad, me semble particulièrement intéressant,  car si les i-Pad sont devenus  nos outils quotidiens –  notre « prothèse d’âme » en quelque sorte  -- , Freud avait élu le bloc magique comme modèle pour illustrer sa conception de l’appareil psychique  (seelischer Apparat) . 

   Je vous livre mes réflexions sur cette implication d’appareillage informatique de notre vie contemporaine en rapport avec notre vie psychique en retraçant l’évolution théorique de la conception de l’appareil psychique  -- il en est de sa théorie de la topique  -- chez Freud tout au long de son œuvre.
   Je considère Freud non comme un penseur abstrait ; il est davantage un ingénieur de l’âme humaine. La réflexion que je vous livre aujourd’hui fait partie d’un travail qui tente de montrer que contrairement à ce que disait Dr. Jacques Lacan, l’Inconscient n’est pas structuré comme un langage, mais qu’il l’est comme un cinématographe : il est graphique – grammatologique --  et technologique. Ce point me semble important pour penser la question de la vérité, nous sommes devant l’alternative : langage et vérité vs. gramma et vérité.

1  Le « Bloc magique » (1925)

   D’abord, voyons un peu ce que dit Freud du bloc magique.
   Pour une économie du temps, je ne lirai pas l’intégralité des passages que j’aurais voulu citer ; je revoie aux citations que je projette sur l’écran.

    Freud compare cet outil d’aide mémoire appelé le blog magique à sa conception de l’appareil psychique («… si on l’examine de plus près, on trouve dans sa construction une concordance remarquable avec la façon dont j’ai supposé qu’est édifié notre appareil de perception »).
    Il dit ceci. Sur la note de papier on peut écrire mais ne peut effacer la surface pour une nouvelle écriture. Su la tablette d’ardoise, on peut effacer l’écriture mais on ne peut garder les traces. Il y a une incompatibilité entre inscription renouvelable et enregistrement indéfini : entre la perception (ou conscience) et la mémoire. Freud rappelle sa distinction du système « Perception-Conscience(Pc-Cs) » et des « traces mnésiques » dans son Interprétation des rêves (Die Traumdeutung 1900), nous allons revenir à cet ouvrage plus loin.
    Or c’est justement un système rendant possibles les deux que Freud découvre dans ce « petit instrument » appelé « bloc magique » :

Mais si on l’examine de plus près, on trouve dans sa construction une concordance remarquable avec la façon dont j’ai supposé qu’est édifié notre appareil de perception, et on se convainc qu’il peut effectivement fournir les deux choses, une surface de réception toujours prête et des traces permanentes des notations reçues.

Le bloc magique est muni d’une « plaque de celluloïd transparent » qui sert de « pare-stimulus » ; la vraie « couche réceptrice de stimulus » se trouve juste au dessous du celluloïd, qu’est le « papier ciré mince, translucide » :

  Le celluloïd est un « pare-stimulus ». La couche qui est à proprement parler réceptrice de stimulus est le papier. Je me permets ici de faire référence au fait que, dans l’ « au-delà du principe du plaisir », j’ai exposé que notre appareil de perception animique se compose de deux couches, un « pare-stimulus » externe qui doit abaisser la grandeur des excitations qui arrivent et, à l’arrière, la surface supérieure réceptrice de stimulus, le système Pc-Cs.

Ces deux couches de surfaces sont, pense Freud, exactement comme le système « Perception-Conscience » ; depuis son Esquisse d’une psychologie (Entwurf einer Psychologie 1895), la psyché humaine (le système Ψ)  chez Freud se définit en se déchargeant de la quantité d’énergie Q du monde extérieur ; c’est seulement la quantité d’énergie réduite Qηqui peut être investie dans le psychisme ; la perception se fait par les neurones φ, la conscience par lesω, toutes les deux perméables, tandis que les traces mnésiques se constituent de neurones ψ imperméables  (nous allons parler tout à l’heure de «barrières de contact » et de « frayage ») . C’est l’appareil φψω, la première ébauche de l’appareil psychique. 
   La tablette de cire constituant le fond du bloc magique où vont se déposer les traces d’écritures est comparée à l’« Inconscient » :

Le bloc magique ne peut pas non plus, de toute façon, « reproduire » de l’intérieur l’écriture, une fois celle-ci effacée : ce serait effectivement un bloc magique s’il pouvait accomplir cela comme notre mémoire. Il n’empêche qu’il ne me paraît actuellement pas trop osé de mettre en équivalence la feuille de couverture consistant en celluloïd en papier ciré avec le système Pc-Cs et son pare-stimulus, la tablette de cire avec l’inconscient à l’arrière, le fait que l’écriture devienne visible et qu’elle disparaisse avec le fait que s’illumine et se dissipe la conscience dans la perception.

   Freud écrit que « Le bloc magique ne peut pas non plus, de toute façon, « reproduire » de l’intérieur l’écriture, une fois celle-ci effacée : ce serait effectivement un bloc magique s’il pouvait accomplir cela comme notre mémoire. ». Or justement si c’était un iPad, il serait possible de réactualiser les mémoires ; si bien que l’iPad serait en fait une forme achevée du bloc magique selon le modèle de l’appareil psychique freudien.

   Et Freud d’ajouter que la périodicité des gestes de détachement de la feuille de couverture pourrait être comparée avec la discontinuité du flux d’innervation venant de l’intérieur de l’organisme du corps. Cette remarque finale montre qu’il y voit aussi une dimension permettant d’illustrer l’instance du Ca qu’il avait déjà introduite dans sa deuxième topique avec le Moi et le Ca (Das ich und das Es 1923)

Si l’on s’imagine que pendant qu’une main écrit à la surface du bloc magique, une autre détache périodiquement de la tablette de cire la feuille de couverture, on aurait là une façon de rendre sensible la manière dont j’ai voulu représenter le fonctionnement de notre appareil de perception animique.

   J’ai synthétisé la conception de l’appareil psychique que Freud tente d’expliquer à l’aide du bloc magique dans les slides 1 et 2.

   Si je compare le bloc magique freudien avec l’iPad, je dirais seulement ceci :  l’iPad tout en renouvelant constamment notre Perception-Conscience, en liaison permanente avec les réseaux, enregistre et conserve toutes les traces ; il est capable aussi de les réactualiser toutes. Cela veut dire que notre appareil psychique est en interface avec ce véritable bloc magique. Notre Pr-Cs – notre rétention -- est en interface avec cette surface communicationnelle qui est renouvelable à tout instant (notre prothèse de présence) ; notre mémoire est assistée par la machine de mémoire tierce ; notre inconscient est traversé de part en part par cet inconscient technique, sans parler de la question d’énergie.

(La raison pour laquelle l’iPad permet à la fois l’inscription indéfiniment renouvelable de stimulus de perception et l’accumulation indéfinie de traces mnésiques consiste en signalisation électronique numérique des caractères. Les lettres s’effacent et se conservent par signalisation, c’est un aboutissement de la logique de traces , d’archi-trace, enfin implémentée dans cet appareil numérique. Mais de là, découle une crise profonde de l’homme comme finitude, l’homme commence à ne pas pouvoir oublier, nous sommes tous en train de devenir un Funès borgesien ! ).


2 L’Interprétation des rêves (Die Traumdeutung 1900)

   Dans la « Note sur le ‘bloc magique’ », Freud citait l’appareil psychique de la Traumdeutung (p.120). 
   En effet, Freud avait présenté son premier appareil psychique (appareil animique) – la « première topique », dans le chapitre VII « Sur la psychologie des processus de rêve » du livre.
   Le schéma n’est pas en fait fondamentalement différent de celui du bloc magique.
    Freud adopte  en apparence la métaphore optique – les système de lentilles de la longue-vue --  pour expliquer le schéma :

    Nous nous représentons donc l’appareil animique comme un instrument composé dont nous appellerons les parties constituantes instances, ou pour mieux visualiser, systèmes. Nous nous attendons alors à ce que ces systèmes aient peut-être l’un par rapport à l’autre une orientation spatiale constante, un peu comme les divers systèmes de lentilles de la longue-vue se trouvent les uns derrière les autres. (p.590)

  Cette première topique freudienne est bien connue : elle illustre selon les trois schémas comment la psyché appelée « Systèmes Ψ » se constitue à partir de la perception (W/Pr) en formant les « traces mnésiques » (Er, Er’, …/S, S’, …) .
   Freud vient d’abandonner depuis peu son projet neurologique, c’est pour cela qu’il recourt à la métaphore optique et spatiale, mais derrière cela subsiste encore l’hypothèse neurologique et il faut lire les implications neurologiques.


1      Les schéma d’ un « appareil réflexe » :

Le processus psychique se déroule en général de l’extrémité-perception à l’extrémité-motilité. (p.590)

2      Les schéma montrant la formation des  « traces mnésiques » ou « mémoire » .

Il reste dans notre appareil psychique une trace que nous pouvons appeler « trace mnésique ». La fonction qui se rapporte à cette trace mnésique, c’est elle que nous appelons « mémoire ».
….
Le fait de l’association consiste en ceci que par suite d’amoindrissements de la résistance et de frayages de l’un des éléments S, l’excitation se propage plutôt vers un deuxième que vers un troisième élément S. (p.592)
  

Nous savons que derrière cette figuration selon un modèle optique, il y a une considération neurologique telle qu’il avait essayé de la formuler dans le Esquisse d’une psychologie (Entwurf einer Psychologie 1895). Freud y introduisait bien la théorie des neurones : les barrières de contact et des frayages est une théorie de synapse en termes d’aujourd’hui.  Ces frayages (Bahnung) sont représentés dans les schémas par un rapprochement des traces mnésiques au courant de stimulus, tandis que les neurones ψ frayées sont investies d’énergie Qη, si l’on réinvesti les concepts théoriques qui avaient été élaborés dans l’Esquisse de 1895.
   Remarquons en passant que les différentes éditions de la Traumdeutung n’ont pas toujours fidèlement reproduit les schémas de Freud.


説明: Macintosh HD:Users:nulptyx:Desktop:新しい記号の学(作業中):SigmudFreudについて資料集:fig1.png
φ
ψ
説明: Macintosh HD:Users:nulptyx:Desktop:fig3.png説明: Macintosh HD:Users:nulptyx:Desktop:新しい記号の学(作業中):SigmudFreudについて資料集:fig2.png





          
3      La « Perception-Conscience W-Bw » /« l’Inconscient Ubw» / « le Préconscient Vbw »

    A l’extrémité motrice du processus est assigné le système Pcs.
    Dans la lettre à Fliess de 1896, Freud écrivait :  « Le Préconscient est la troisième transcription liée aux représentations verbales et correspondant à notre moi officiel. Les investissements découlant de ce Préconscient deviennent conscients d’après certaines lois. Cette conscience cogitative secondaire, qui apparaît plus tardivement, est probablement liée à la réactivation hallucinatoire de représentations verbales ; ainsi les neurones de l’état conscient seraient là encore des neurones de perceptions et en eux-mêmes étrangers à la mémoire. » (Lettre No 52 du 6-12-1896).

    Chez Freud, le langage est conceptualisé comme représentation de mot (Wortvorstellung) qui est essentiellement acoustique, dont l’articulation est active et quasi-motrice. C’est donner du mouvement articulatoire à l’image sonore, auquel se trouvera associée la représentation de chose (Dingvorstellung ou la représentation d’objet dans la terminologie de son étude sur l’Aphasie de 1891).
    C’est ainsi que la verbalisation devient un moment de prise de conscience en rejoignant au second degré la Perception --Conscience. Ainsi parvenus au système Pcs et investis d’ énergie d’attention et associés avec les mots, les éléments de traces mnésiques peuvent accéder à la « conscience cogitative ».  Le processus Ψ se trouve bouclé, la verbalisation sera bien un retour réflexif à la Pr-Cs.

Le dernier des systèmes, à l’extrémité motrice, nous l’appelons le préconscient pour indiquer que les processus d’excitation en lui peuvent parvenir à la conscience sans être davantage empêchées, au cas où sont encore remplies certaines conditions, par ex. le fait d’atteindre une certaine intensité, une certaine répartition de cette fonction qu’il faut appeler attention, etc. C’est en même temps le système qui détient les clés de la motilité volontaire. Le système se trouvant derrière, nous l’appelons l’inconscient parce qu’il n’a pas accès à la conscience, sauf à passer par le préconscient , passage lors duquel son processus d’excitation doit accepter de subir des modifications.
(Note ajoutée en 1919) L’explication ultérieure de ce schéma, ici déroulé linénairement, devra tenir compte de l’hypothèse que le système qui suit le Pcs est celui auquel nous devons attribuer la conscience, et que donc Pc=Cs. (pp.594-595)

    Freud dit que jusqu’au système Inconscient, c’est le processus primaire qui règne dans les associations, et à partir du Préconscient le processus secondaire.  Cela veut dire que jusqu’au système Inconscient, c’est la représentation de chose, qui « consiste en un investissement, sinon d’images mnésiques directes de la chose, du moins en celui de traces mnésiques plus éloignées, dérivées de celles-ci » (« L’Inconscient », 1915), avec le Préconscient, la représentation de chose se conjugue avec la représentation de mot (c’est-à-dire, le langage verbal au sens de Freud) .

   Nous pouvons remarquer ici que contrairement à chez Lacan, pour Freud, l’Inconscient n’est pas structuré comme un langage. La représentation de chose est plutôt de l’assemblage polyvalente d’images sensorielles et visuelles. Pour les frayages de traces mnésiques du processus Ψ Freud écrit :

   Une étude plus approfondie montre la nécessité de faire l’hypothèse non pas d’un, mais de plusieurs de ces éléments S (Er) dans lesquels la même excitation propagée par les éléments Pc connaît diverses sortes de fixation. Le premier de ces systèmes S contiendra en tout cas la fixation de l’association par simultanéité : dans les systèmes se trouvant plus loin, le même matériel d’excitation sera ordonné suivant d’autres sortes de conjonction, si bien que, par exemple, des relations de ressemblances, etc. , seraient présentées par ces systèmes ultérieurs. Il serait naturellement oiseux de vouloir indiquer par mots la signification psychique d’un tel système. La caractéristique de celui-ci résiderait dans l’intimité de ses relations avec des éléments du matériel mnésique brut, c.-à-d., si nous voulons renvoyer à une théorie allant plus en profondeur, dans les gradations de la résistances de conduction en direction de ces éléments. (p.502)

   Le premier système de traces mnésiques se définit par la simultanéité des éléments de la perception. ; le deuxième et ceux qui se suivent se définissent par les ressemblances, etc. , et puis par «  l’intimité des relations avec des éléments du matériel mnésique brut » , etc.
    Dans la métaphore théorique expliquant la stratification des traces mnésiques, Freud comparait celles-ci aux « divers systèmes de lentilles de la longue-vue » : tout se passe comme si cet appareil --  métaphoriquement optique, métapsychologiquement psychique et secrètement « neuronal »  --  procédait aux prises successives de la représentation de chose dans l’Inconscient avant que le processus ne soit doublé au terminal Préconscient de la représentation de mot. Le procès est donc – pourrait-on dire --  cinématographique. Il y a des successions de morceaux de prises de vues -- des shots -- et multiples conjonctions en latences. Et avec le Préconscient, cette représentation de chose sera doublée de représentation de mot du langage, un scénario viendra articuler des récits cinématographiques en rationalisant mais en laissant toujours déjà les non-dits, censures et les refoulements. L’Inconscient est structuré comme une cinématographie. C’est à mon sens ce que révèle notre Retour à Freud
    C’est d’ailleurs pour cela que lorsque dans le sommeil, la jonction avec la motilité est débranchée et que la machine est mise en marche inverse, l’appareil psychique se met à faire le processus « régrédient »  -- c’est le « processus de rêve » selon Freud -- et à faire la projection hallucinatoire des « images » sur l’écran du rêve.

Ce qui se passe dans le rêve hallucinatoire, nous ne pouvons le décrire qu’en disant : l’excitation prend une voie rétrograde. Au lieu de se propager ver l’extrémité motrice de l’appareil, elle se propage vers l’extrémité sensitive et parvient finalement au système des perceptions . Si nous appelons progrédiente la direction dans laquelle le processus psychique se prolonge, à partir de l’inconscient dans l’état de veille, nous sommes en droit de dire du rêve qu’il a un caractère régrédient. (p.595)

De jour, il y a un courant continu s’écoulant du système Ψ de la Pc jusqu’à la motilité ; celui-ci cesse la nuit et ne pourrait plus opposer d’obstacle à un reflux d’excitation. (p. 597)


3.  Le Moi et le Ca (Das Ich und das Es 1923)


   De la première topique dans la Traumdeutung, à la deuxième topique, je n’aurais pas le temps de développer intégralement mon propos aujourd’hui.
   Comme on le sait, c’est dans le Moi et le Ca (Das Ich und Das Es)  que Freud introduit sa deuxième topique avec le système « le Moi, le Ca et le Surmoi ». Contrairement à la lecture classique, j’aurais tendance à nuancer la rupture de la deuxième topique avec la première topique de la Traumdeutung. D’ailleurs, cet écrit est tout à fait contemporain de la Note sur le bloc magique (1925).
    Le schéma de l’appareil psychique a conservé la fonction Pc-Cs ; Freud a ajouté le Pcs en continuïté avec la « calotte acoustique » à l’hémisphère gauche ; les traces mnésiques sont dessinées sans être nommées dans le Moi, c’est-à-dire le système Ψ ; le refoulement est figuré alors que l’Inconscient n’est pas nommé, tandis que le Ca s’introduit pour marque l’instance de source d’excitation interne qui en tant que instance de force psychique existait en fait déjà depuis l’époque de l’Esquisse. 

    
    Ce qui m’intrigue dans ce dessin figurant vaguement le cerveau humain avec le contour cortical c’est la « calotte auditive », le fameux hearing hat de Freud :

Nous reconnaissons  aussitôt que presque toues les partitions que nous avons décrites à l’intention de la pathologie ne se rapportant qu’aux strates superficielles – les seuls qui nous soient connues – de l’appareil animique. Nous pourrions esquisser de ces rapports un dessin dont les contours ne servent assurément qu’à la présentation et ne doivent prétendre à aucune interprétation particulière. Ajoutons éventuellement que le moi porte une « calotte auditive », d’après le témoignage de l’anatomie cérébrale, seulement sur un côté. Elle est pour ainsi dire posée sur lui de travers. (p.269)

Que cette  « calotte auditive » (qui renverrait à l’aire Wernicke) soit dessinée sur la ligne de continuité du Pcs montre qu’il s’agit de la fonction du langage (la représentation de mot) qui permet de ramener les traces mnésiques à la Pc-Cs. Au modèle du bloc magique manquait l’inscription de cette instance Pcs qu’on pourrait éventuellement ajouter au schéma de Freud (c’est d’ailleurs pour cette raison que le bloc magique ne pouvait pas rappeler les souvenirs).

On peut se demander à cet égard s’il ne faudrait pas rapprocher la fonction du Préconscient ou du langage de celle du moteur de recherche ; les mots associés permettent de retrouver les traces des choses.

Il est aussi intéressant de constater que Freud mentionne le « homoncule cérébral », dont je donne le fameux dessin de Wilder Penfield :

Le moi est avant tout un moi corporel, il n’est pas seulement un être de surface, mais lui même la projection d’une surface. Si on cherche une analogie anatomique pour cela, le mieux est de l’identifier avec l’ « homoncule cérébral » des anatomistes, qui se tient sur la tête dans le cortex, tend les talons vers le haut, regarde vers l’arrière et, comme on sait, porte la zone du langage à gauche. (p.270)

De la Perception à la motilité en passant par le langage, les fonctions sensorielles, mémorielles et langagières, sont ainsi modélisées sur la surface corticale comme lieu de projection du corps propre.

   La place du Surmoi n’est pas marquée dans ce dessin. Or dans la variante évoluée de la deuxième topique dans Nouvelles conférences d'introduction à la psychanalyse (Neue Folge der Vorlesungen zur Einführung in die Psychoanalyse, 1933), on la trouve est bien dessinée, alors que la fameuse « calotte auditive » disparaît. 

 Pourquoi cette disparition, et l’apparition du Surmoi à la place de la fonction auditive ?
 On trouve un élément de réponse dans le passage suivant du Moi et le Ca :

 …le sur-moi lui non plus ne peut absolument pas dénier qu’il a sa provenance dans de l’entendu, il est en effet une partie du moi et reste accessible à la conscience à partir de ces représentations de mot(concept, abstractions), mais l’énergie d’investissement est apportée à ces contenus du sur-moi, non pas par la perception auditive, l’enseignement, la lecture, mais par les sources qui sont dans le ça. (pp.296)

De là il faudrait sans doute penser que la Voix s’est fait entendre – téléphoniquement – par la « calotte auditive », mais elle s’est en fait intériorisée subissant les investissements d’énergie du Ca.

Les systèmes Ψ peuvent ainsi se communiquer téléphoniquement depuis le « Circuit de parole » de Saussure, tandis que nos perceptions ne cessent de s’initialiser et nos mémoires s’accumuler cinématographiquement par nos magic ou iPads .


II  L’époque de la Hybrid Reading


La visée analytique freudienne se formulait :  « Wo es war, soll Ich werden » (là où le Ca était, le Moi doit advenir ». Notre situation s’est transformée fondamentalement depuis Freud par notre environnement technologique. Notre appareil psychique est branché sur les machines à quantité d’énergie Q immense. Notre motilité interne est imprégnée flux de diverses excitations. Notre Perception-Conscience est en interface permanente avec donc les interfaces électro-informatique du type iPad. Les barrières de contact et frayages synaptiques de nos systèmes Ψ sont directement en phase avec les pulsations désomais neuronales des machines. C’est la situation de 24/7 décrit pas Jonathan Crery .
C’est justement cette situation que les modèles d’appareils psychiques par Freud permettent de penser, pour que là où c’était, dans cet environnement technologique aussi, notre psyche doit advenir.

Or c’est justement à partir de cette relecture de Freud que nous tentons de développer notre propos sur la lecture hybride et par là soulever la question de la « vérité » du numérique.

La topique freudienne nous invitait à interroger comment notre environnement technologique grammatise notre âme. Qu’un iPad devienne notre prothèse d’âme traduit cette situation de symbiose de l’homme-machine, nous somme tous hommes à l’iPad.

Or que devient cette interface d’âme-corps,  Où va se coucher notre homoncule, si cet homoncule est branché sur le livre électronique ? Qu’en est-il du livre et de la « vérité » quand le livre est lu à partir de cette interface ? Ca sera le deuxième développement de mon propos d’aujourd’hui.

Je disait au début :  Que le livre se numérise, signifie beaucoup plus que n’importe quelle numérisation des outils analogiques ».
Que le livre se déconstruise numériquement entraîne la mise en crise de la « vérité », mais cette crise est intéressante. Car que la numérisation du livre ou plutôt sa mise en réseaux soit autre chose que n’importe quelle numérisation veut dire deux choses : 1) le livre est traité comme données numériques comme coulée de texte et d’hypertexte ; 2) on a enfin le livre qui soit connecté avec les autres flux d’informations et qu’il ait enfin possibilité de les lire et les écrire à sa manière à lui, le livre.
Le livre est une chose trop importante pour le laisser aux seules mains de spécialistes de natural language processing. Il y a toute une séries de questions d’ éditorialisation.
Il s’agira d’opérer cette déconstruction avec beaucoup de soins. Et cette situation du livre, je l’appelle hybrid reading, lecture hybride.


2 Hybrid Reading

   
    D’abord qu’est-ce que la Hybrid Reading ?  C’est tout bonnement la pratique de lecture qui est en train de s’installer dans notre monde à cheval entre le livre physique en papier et le livre électronique : c’est ce qui se banalise, mais dont on ne sait pas encore très bien les enjeux cognitifs et les transformations épistémologique qui en découleront.

    J’ai défini dans un texte récent la Hybrid Reading comme une activité – transformatrice --  de lecture qui a lieu à l’époque de la technologie numérique, époque qui redouble l’activité de lecture qui s’était installée il y a très longtemps avec l’invention du livre, voire avec l’invention de l’écriture. Hybrid Reading c’est en ce sens un nouveau tournant grammatologique.

    La Hybrid Reading n’est pas à mon sens simplement une lecture dans les milieux de coexistence de différents média de lecture, mais lecture de transformation et/ou transformation de lecture qui s’opère à l’époque de la numérisation et qui par là même nous incite à réinterroger l’activité en générale de lecture/écriture dans tous ses états y compris les strates historiques profondes de la pratique de lecture et de l’écriture (question de l’archive numérique).

HR. Condition épistémologique et technologique

    Aujourd’hui, la connaissance de l’écriture/lecture n’est pas simplement littéraire. Ou plutôt les conditions épistémologiques de l’écriture/lecture sont en train d’échapper aux humanités dans leur acception traditionnelle.
    Dans le domaine de recherches neuro-cognitives, il y a tellement d’acquis scientifiques passionnants qui renouvellent la compréhension du reading brain : ex. Stanislas Dehaene Reading in the brain, Mayranne Wolf Proust and the Squid. Les études de Changizi-Shimojô, ont démontré que nous écrivons la même écriture sous apparence de centaines de sortes de système d’écriture. Les traits distinctifs spatiaux qu’on trouve dans la nature sont utilisés pour former les traits graphémiques ; tous les caractères sont composés de traits – gestuels – dont le nombre ne dépasse pas généralement trois (three srokes) . L’aire cérébrale qui traitait les repères spatiaux distinctifs est recyclée pour traiter les traits d’écriture. C’est, comme on le sait, l’hypothèse de « recyclage neuronal » par S. Dehaene. Le reading brain s’acquiert épi-philogénétiquement par l’apprentissage et l’éducation : cette épi-philogenèse du cerveau lisant est une formation lettrée de l’homme comme homo lector.
   Or cette genèse synaptique de l’homo lector est en crise avec la révolution technologique depuis deux siècles.
  Notre milieu pour l’écriture/lecture se transforme radicalement avec la révolution des média, révolution analogique et numérique.
  Aujourd’hui notre reading brain est branché sur les machines. Les traces de lectures sont captées. Notre lecture se trouve connectée aux réseaux de lectures, aux réseaux de connaissances. Notre lecture devient de plus en plus hypertextuelle, de plus en plus multimodale -- hypermédia --. La lecture était depuis longtemps devenue un acte individuel fermé à soi-même, formateur d’intériorité de l’homme typographique de McLuhan. Aujourd’hui cette activité devient quasi-visible et systématiquement captable.
  Cette nouvelle condition technologique cependant ne rend pas caducs les livres en papier : les études par exemple de Changizi-Shimojô montrent que la lecture est fondamentalement une activité cognitive spatiale. Depuis que l’homme lit, il a quatre yeux. Ce dont témoigne le portrait de Can Jie ,  inventeur mythique  -- un équivalent de Thot raconté dans Platon -- des caractères chinois : une paire pour lire la nature, l’autre paire pour lire les lettres qu’il invente.
   Le livre codex en papier avec ces trois dimensions restera encore longtemps un « instrument spirituel », milieu primordial de la mémoire et de la pensée pour l’homme qui lit et qui pense.

Le retour à Freud que nous venons d’esquisser nous permet de saisir un enjeu véritable de la transformation de l’écriture-lecture qui est en train de s’opérer et la problématique de la « vérité » du numérique.

« Tout dans le monde existe pour aboutir à un livre », disait Mallarmé. Ceci était une formulation de la question de la « vérité » dans le contexte de la « Fin du Livre » de la fin du XIXème siècle. L’augmentation de l’entropie à l’ère de l’informatisation analogique -- l’ère de la Presse relayés aux réseaux télégraphique et téléphonique, Mallarmé l’appela question de « hasard » : le Livre tente d’abolir le hasard dans sa construction  « architechturale et préméditée », ce que McLuhan avait souligné dans son « Joyce Mallarmé and the Press » texte de 1954, article qui prélude à sa Galaxie Gutenberg : la Presse et l’information comme augmentation de l’entropie  d’une part  et  le Livre comme élément de néguentropie d’autre part. Jean Hyppolyte a analysé le coup de dés mallarméen, en le situant par rapport à l’encyclopédie de Hegel,  en ces termes de la question de l’entropie dans son article  « Le coup de dés et le message ».

Le « livre, instrument spirituel », disait Mallarmé,  est lu, aujourd’hui, à travers l’interface numérique. Dans une telle situation, nous sommes placés devant une alternative. Ou bien le numérique décompose l’architecture du livre en augmentant l’entropique ? : un E Pub est entrain de diluer l’architecture du livre dans la culée de texte et d’hypertexte.  Ou bien faudra-t-il tenter d’ « abolir le hasard » pour constituer un milieu idéal pour la hybrid reading ?  Ce milieu idéal pour la lecture à venir, nous l’appelons « Augmented Reading ». Le Livre augmenté peut devenir un lieu de promesse -- pour la transindividuation -- non seulement de tous les livres comme le rêvait Mallarmé (« Le Livre, persuadé qu’il n’y en a qu’un, chacun l’a tenté à son insu, même les génies » écrivait-il) mais de tous les média, y compris les média d’image et de son. Si l’homme lisant procédait par le recyclage neuronal à l’adoption des signes de nature pour signes d’écriture-lecture, l’homme lisant d’aujourd’hui – un nouveau homme de lettres ? – ne doit-il pas procéder au média-recycling (recyclage des média) en annotant les objets temporels, en fléchissant les flux d’images et de sons dans les circuits de connaissance ; en recatégorisant les grilles de critiques.

Nous ne sommes pas encore totalement conscient de l’enjeu de  

C’est évidemment pour cette deuxième voie que nous optons en essayant de constituer l’environnement augmenté de la lecture que nous appelons « Augmented Reading ».  



6. Implémentation

    Nous menons à l’université un projet de nouvelle bibliothèque dont l’un des principaux objectifs est d’implémenter une bibliothèque hybride pour la lecture hybride au sens où nous venons de la définir. Je ne vais pas me développer sur les détails de la construction et des outils.
    Simplement pour l’illustrer, prenons un exemple.
  
Notre idée consiste à faire de ce type de terminal une interface d’ « écriture/lecture » pour annoter les livres, enregistrer les traces de lectures, pour se connecter aux réseaux de connaissances, de visualiser les stratifications de lectures, etc. Ce genre d’interface contribuera à nouveaux types de lectures : lecture assistée, lecture contributive, lecture multimodale et hypermédia, lecture raisonnée, etc.
    Alors s’engagera un nouveau type de lecture profonde, s’organisera un noveau type de hyper reading, s’installera un nouveau milieu pour augmented reading. Se réorganisera une nouvelle psychée par augmented « écriture/lecture » : cet outil deviendra un véritable « appareil psychique » noétique) de « trans-individuation » dirait Bernard -- pour réorganiser les humanités.
    C’est seulement alors que on pourra enfin espérer sauver les sciences humaines de leur crise fondamentale dans lesquelles elles ont plongé depuis plus d’un siècle, c’est-à-dire depuis l’époque où Freud commençait à ré-appareiller la psychée humaine et Saussure à redéfinir la « science générale » qui permettra de situer les sciences de l’esprit du 20ème siècle.